Breadcrumbs

Belle union entre Miltra et Marrel

Depuis plus de 35 ans, la société Miltra importe et distribue en France les grues auxiliaires Fassi. Il y a un an, les bras Marrel ont rejoint le g roupe. Un partenariat fructeux.

Il y a un an, la holding CTELM (maison mère de Miltra) et Fassi rachetaient conjointement le constructeur de bras hydrauliques Marrel. Cet investissement a permis à Miltra de proposer à ses clients une gamme de produits complémentaires, bénéficiant d’une excellente réputation. « Nous sommes très satisfaits au bout d’un an de cette acquisition. De plus, nous venons de recevoir la confirmation d’une nouvelle commande des 250 équipements pour l’armée Française. Cette commande nous permettra d’atteindre plus de 1 100 bras par an en production sur les années 2015 et 2016. Notre souhait est de continuer à développer cette société sur le long terme, l’investissement est une des clefs du succès, ainsi un nouveau centre d’usinage a été livré cet été sur le site d’Andrézieux Bouthéon. Cette acquisition nous permettra dès l’année prochaine d’améliorer encore plus notre productivité et la qualité de nos produits. Une nouvelle organisation a été mise en place début 2014 autour de Jérôme Semay, désormais le Directeur Général de la société. L’objectif pour les années qui viennent, est de poursuivre le développement de Marrel en France et à l’international en s’appuyant sur le réseau mondial de Fassi. » Les réseaux Français de Miltra (50 concessionnaires et 45 points service) et de Marrel, évoluent parallèlement:
« nous n’avons pas de volonté d’uniformisation du réseau. Les deux réseaux sont denses et bien implantés. La clientèle des concessionnaires Marrel est très tournée vers les métiers de l’environnement, tandis que celle de Miltra vers le levage et le BTP, les réseaux sont donc complémentaires. »

La France, premier marché pour les grues Fassi

« La France est toujours le premier débouché pour Fassi, constate Roger Boutonnet, Président de Miltra, même si le marché est cette année encore relativement atone. Il devrait s’établir un peu en dessous des 2 800 grues livrées en 2013. »
En 2013, Miltra a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 40 millions d’euros, dont 80% provient de la vente de grues Fassi. « L’année 2013 a été supérieure à 2012, grâce à la bonne performance des marchés publics et à l’impact du passage à Euro 6 début 2014, plusieurs clients ont ainsi anticipé leurs achats à partir de mi-2013 pour être livrés avant la fin de l’année. Le marché de la grue 2014 devrait être en retrait par rapport à 2013, l’impact des élections locales, le contrecoup de l’effet Euro 6 et la mauvaise conjoncture économique,
pénalisent l’activité sur le début d’année ». Le seul marché qui semble se tenir dans ce contexte, est celui des grues de gros tonnage, une caractéristique que M. Boutonnet explique par le fait que « les clients qui investissent sur ces modèles sont souvent en renouvellement de matériels, avec des financements plus faciles. »

Carrossier

Outre la marque Fassi, Miltra distribue également les grues forestières et de recyclage Penz, les grues de petite capacité Maxilift ainsi que les minigrues montées sur chenilles Jekko. « Ce produit évolue bien et atteint une certaine notoriété en France. Nous poursuivons notre développement sur ces produits, en investissant sur le service. Ces minigrues ont beaucoup évolué techniquement et nécessité a été de suivre ces mutations. C’est désormais chose faite ! »
Miltra est aussi et avant tout un carrossier, capable d’installer des équipements (grues, bennes, bras, plateaux, équipements hivernaux,…) sur des véhicules. Elle emploie aujourd’hui 60 personnes, dont 47 sur son site de St-Ouen l’Aumône, sur lequel sont installés un atelier de montage, un atelier SAV, un magasin de pièces détachées sur plus de 3 000 m2. Elle a aussi diversifié ses produits suite à l’acquisition par CTELM et Fassi de la société Marrel, marque que Miltra représente désormais depuis 2014 sur la région Ile de France Nord et auprès de ses clients grands comptes. Malgré une économie atone depuis plusieurs années, Miltra a su trouver les ressources pour poursuivre son développement. « Aujourd’hui, nous ne nous plaignons pas…, déclare M. Boutonnet. Nous espérons pouvoir poursuivre sur notre lancée. »

lire-la-suiteLire la suite (Le Journal Du Levage n° 21 - sept. 2014) >>